C2H4O2 de Condie Raïs

Note: 3.5/5

L’histoire

Une fille qui provoque la mort des gens qui la touchent. Un écrivain en panne d’inspiration qui se fait aider par sa voisine alcoolique. Une fille qui se fait harceler au boulot avec de la mauvaise littérature. Un garçon qui se passionne pour John Wayne. Une petite fille qui vit l’enfer à Noël. Un jeune homme qui met son corps et sa personne au service d’un riche couple. Une jeune fille reniée par tout le monde. Et un échange de mails qui dégénère. C2H4O2 regroupe des histoires de femmes au caractère destructeur, des hommes au tempérament violent et d’autres personnages au cynisme aiguisé.

Mon avis

J’ai lu ces nouvelles dans un cadre bien particulier, l’auteure m’a contactée par email ! J’étais assez surprise de recevoir ce mail, mais ça a été une agréable surprise. Elle voulait avoir l’avis de quelqu’un qui lit habituellement des livres à l’opposé de ce qu’elle écrit, et il est vrai que spontanément, je n’aurais pas lu ces nouvelles de moi-même. Du coup, je ne m’attendais à rien en particulier – à part peut-être tomber sur des histoires franchement glauques – mais au final je n’ai pas été déçue (pas parce que c’était glauque, au contraire) !

La couverture m’a fait penser à un catalogue de vins et je n’ai pas tout de suite compris le titre, mais après quelques recherches – merci Google – C2H4O2 est la formule de l’alcool. On ne retrouve pas de l’alcool dans toutes les nouvelles donc je ne suis pas sure d’où vient le titre, peut-être que l’auteure a écrit les nouvelles un verre de vin à côté de l’ordi ?

Eh bien, pour tout vous dire, l’expérience a été intéressante et pas du tout désagréable ! Le livre est facile à lire et j’ai fini le livre avant même de m’en rendre compte !  Il est vrai que je préfère d’habitude les bons gros livres sur lesquels je peux passer des heures mais lire un recueil de nouvelles a quelque chose de rafraichissant dans le sens où on va à l’essentiel. Il faut savoir en dire assez pour susciter l’intérêt du lecteur mais en même temps aller au vif du sujet.

C2H4O2 est donc un recueil de huit nouvelles.  Comme me l’a dit l’auteure elle-même, il n’y a pas de fil conducteur, j’ai tout de même trouvé que ce qui rapprochaient toutes ces nouvelles c’est le cynisme et une certaine violence dans les propos. J’ai vraiment beaucoup aimé la nouvelle Pars vite mais ne reviens pas trop tard parce qu’elle se penche sur le travail d’un écrivain qui essaye d’écrire une scène d’amour qui à chaque fois dégénère de manière assez tragique. J’ai beaucoup aimé le cynisme des nouvelles car lorsqu’on les lit, on a l’impression de voir écrit ce que l’on pourrait penser soi-même en lisant certains livres ou certaines scènes qui n’ont pas toujours de sens. Il est vrai que ça m’arrive régulièrement de prendre les personnages pour des imbéciles dans certains livres et ici, tout est dit sans prendre de pincette. Pour le côté violent, c’est parce que la plupart des personnages de chaque nouvelle ont en commun d’être en colère et de s’exprimer avec virulence. Il y a des moments un peu cru, mais on ne tombe jamais dans le vulgaire.

Les nouvelles ont quelques coquilles mais ce n’est pas gênant dans la lecture. J’avoue que j’ai tout de même eu quelques moments de flottements pendant lesquels je ne comprenais pas vraiment ou l’auteur voulait en venir comme pour La petite fille qui n’aimait pas Noel. De plus, comme les personnages sont tous plus ou moins dérangés à leur façon, on ne s’attache pas à eux. La nouvelle qui m’a sûrement le moins parlée est l’Eloge de John Wayne, manque de culture cinématographique de ma part…

Si vous avez envie de lire un petit concentré d’humour noir en vous posant au coin du feu avec un bon verre de vin, je vous conseille C2H4O2 en ces nuits d’hiver froides ! Il y aura surement des nouvelles que vous apprécierez plus et d’autres qui vous parleront moins, mais c’est tout le charme d’un recueil de nouvelles.

Le livre n’est disponible qu’en format électronique sur Amazon car l’auteur s’autoédite. Le livre ne coûte vraiment pas cher et je trouve que c’est toujours sympa de soutenir des nouveaux auteurs.

Sur l’auteur

« Condie Raïs partage son temps entre ses chats siamois, l’écriture et le vin blanc australien. Elle a écrit un recueil de nouvelles, C2H4O2. »

Lorsque j’ai lu le nom de l’auteur la première fois, je me suis dit que ça me rappelait fortement un nom que j’avais déjà entendu, en fouillant un peu, j’ai pu voir que c’était Condolezza Rice !

Vous pouvez aller voir la page Facebook de l’auteure ici : http://www.facebook.com/pages/Condie-Ra%C3%AFs/491663210873651

Et vous, lisez-vous des nouvelles ?

Publicités

22 réflexions sur “C2H4O2 de Condie Raïs

      • Voici la réponse de l’auteure sur l’origine du tire: « Lorsque j’ai fait lire mes nouvelles, avant de les publier, les termes les plus employés dans les commentaires étaient : drôle, sarcastique, humour noir, cynique, cinglant, etc. Parmi ces mots, c’est le terme « acide » qui a retenu mon attention parce qu’il revenait plusieurs fois et parce qu’il englobait à peu près tous les autres et collait le mieux, selon moi, à l’esprit des nouvelles. Mais un titre avec « acide » ne me convenait pas. C’est alors que j’ai pensé – je ne sais plus pourquoi – à une formule chimique de l’acide, qui constituerait un élément de distanciation de plus entre les lecteurs et les personnages. J’ai fouiné, hésité sur acide sulfurique, songé à la formule de la nitroglycérine, etc. Et comme j’étais en train de travailler sur le personnage de Condie Raïs, qui picole du vin blanc sans arrêt, la formule de l’acide éthanoique s’est imposée toute seule. »

  1. J’aime bien l’humour noir du coup tu me donnes envie de lire ce recueil.
    P.S je me demande Comment tu as fait pour faire connaitre ton blog car tu as pas mal de commentaires Enfin je suppose que c’est grace au fait que ton blog est de qualité.

    • Si tu aimes l’humour noir, c’est sûr que je te recommande de lire ce recueil 🙂

      Pour mon blog, j’essaye d’être un minimum active sur la blogosphère et c’est sûr que ça fait toujours plaisir d’avoir des commentaires! Merci d’avoir dit qu’il était de qualité, ça fait plaisir aussi 🙂

  2. Pingback: C2H4O2 – Unga Bunga ! de Condie Raïs « La tête dans les livres

  3. Pingback: Condie Raïs – C2H4O2 | unlivredansmonsac

  4. Pingback: L’ombre d’un écrivain de Condie Raïs | La tête dans les livres

  5. Pingback: Top Ten Tuesday – Auteurs qui mériteraient plus d’attention | La tête dans les livres

  6. Pingback: Si on parlait de… livres auto-édités | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s