Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini

Je continue ma découverte de cet auteur avec ce titre dans le cadre d’une lecture commune avec Mes étagères en franglais. Une très belle découverte qui restera longtemps dans ma mémoire! 

Titre original: The Kite Runner

Editeur : Editions 10/18 (410 pages)

Note: 4,5/5

L’histoire

Amir est fils d’un riche commerçant à Kaboul et vit aux côtés de son père. Il est très proche d’Hassan, le fils de leur serviteur. Avec Hassan, ils vont vivre de magnifiques moments jusqu’au jour où un tragique événement va se produire et Amir aura des remords toute sa vie.

Des années plus tard, un ami de son père l’appelle pour lui dire qu’il peut se racheter. Mais à quel prix?

Mon avis

Voici le troisième roman de Khaled Hosseini que je lis et c’est de loin mon préféré. Je l’ai trouvé poignant, vraiment touchant et il y avait ce petit plus qui faisait que l’histoire m’a vraiment touchée et émue.  Je ne vais pas vous mentir, le livre est assez dur dans le sens où il y a des scènes vraiment violentes et marquantes, donc âmes sensibles s’abstenir!

Le livre débute en 2001, Amir reçoit un appel d’un vieil ami qui lui dit qu’il peut se racheter. On ne sait pas tout de suite ce qu’il s’est passé et de quoi l’on parle dans ce coup de fil. Et j’avoue que j’étais assez loin de m’imaginer ce genre d’événement. Commence alors un long flashback sur la vie d’Amir et notamment son enfance en Afghanistan. Dans les années 70, Amir fait partie des riches de Kaboul. Il vit avec son père et leurs domestiques: un homme boiteux, Ali, et son fils, Hassan. J’ai adoré le petit Hassan, il est d’un caractère calme et d’une rare clairvoyance sur ce que ressent Amir, il lui est entièrement dévoué. Autant Amir est arrogant et prend plaisir à rabaisser Hassan, autant Hassan est calme et au service d’Amir sans pour autant avoir un rôle de serviteur. J’ai trouvé que c’était un véritable ami. Le lecteur entretient une relation assez ambigu avec Amir dans le sens où il n’est pas particulièrement sympathique et surtout il est lâche. Mais on ne parvient pas à le détester. Lorsqu’il est enfant, il est clairement un enfant gâté, incompris par son père et en manque affection. Puis arrive le moment fatidique où tout bascule. Il se sentira coupable toute sa vie. Je me suis demandé ce que j’aurais fait à sa place et même si j’aimerais pensé que j’aurais agi autrement, je ne sais pas.  Je pense d’ailleurs que c’est cette culpabilité qui rend Amir plus humain et plus attachant. On ne peut pas lui en vouloir malgré son mauvais caractère.

Ce livre est un aperçu de la vie afghane avant et après les conflits. À travers Amir, on en apprend plus sur cette culture et sur ce que c’est d’émigrer aux États-Unis. Le personnage de Baba, le père d’Amir est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Il est maladroit et ne sait pas montrer son amour à son fils, mais en même temps il est prêt à tout pour lui donner le meilleur. Ce livre est vraiment intéressant au delà de l’histoire humaine derrière. Bien sûr, il y a quelques références qui m’ont échappés mais ça donne envie d’en savoir plus. Dans les scènes que j’ai eu du mal à m’imaginer, il y a cette compétition de cerfs-volants qui est clé dans le roman. Je n’ai jamais vu de compétitions dans lesquelles les cerfs-volants doivent mettre à terre d’autres cerfs-volants. Ça m’a semblé assez violent au point où les enfants finissent les doigts en sang !

Pour conclure, c’est vraiment un très beau livre. Les personnages secondaires ont la part belle de ce livre, ils donnent beaucoup de vie à l’histoire. Au-delà de l’histoire d’Amir et Hassan, c’est aussi l’histoire de l’Afghanistan, l’histoire de ces minorités ethniques représentées par Hassan, l’histoire de Kaboul dévastée par la guerre. Ce livre est passé proche du coup de coeur mais l’escalade dans la violence et la folie m’a quelques fois sembler tellement importante que je me suis dit « trop c’est trop ». Par moment, le sort semblait vraiment s’acharner sur Amir et surtout Hassan. Je recommande donc ce livre à tout le monde car je pense qu’il est difficile de rester insensible devant cette histoire. Malgré tout, comme je l’ai dit au début de cette chronique, si vous ne supportez pas trop de violence, ce livre n’est pas pour vous.

Vous pouvez retrouver l’avis de Mes étagères en franglais ici.

43 réflexions sur “Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini

  1. Quel avis ! J’avais déjà repéré ce livre mais là il me le faut absolument.
    Ca me fera digérer Opium Poppy, le livre d’Hubert Haddad, qui évoquait également la jeunesse et la vie afghane mais que je n’avais pas du tout aimé.

    Merci pour cette chronique enthousiaste.

    • Je ne connais pas du tout Opium Poppy! Mais effectivement, ce livre de Khaled Hosseini a été pour moi le meilleur des trois que j’ai lus de lui! J’espère que tu auras l’occasion de le lire et qu’il te plaira 🙂

  2. Superbe, superbe chronique ! Ce n’est pas la première fois que je repère ce titre, il va vraiment falloir que je me le procure. Merci de me l’avoir remis en mémoire 🙂 ♥

    • Franchement, je te dirais que oui!!! C’est une amie qui m’a prêté le livre et qui m’a fait découvrir cet auteur, elle m’a dit que pour ce livre, elle le trouvait tellement dur qu’elle avait eu beaucoup de mal à le finir tellement elle avait peur de ce qui allait se passer!! Donc à toi de voir si tu prends le risque…

  3. Pingback: The kite runner by Khaled Hosseini | Mes étagères en franglais

  4. C’est un livre que j’aimerais lire !! Il y a quelques mois, j’avais lu mille soleils spendides, du même auteur, et j’avais été touchée par sa plume

  5. Je ne me serais pas arrêtée dessus en le voyant mais en fait le résumé me tente plutôt et ton avis ne fait que renforcer mon envie de le découvrir! ^^

  6. Je n’ai encore rien lu de cet auteur qui me tente vraiment! Je ne vois que de beaux avis sur ces différents livres! Dommage que ces livres soient toujours empruntés à la biblio ^^

  7. J’ai seulement survolé ta critique car ça fait un moment que je veux lire le bouquin et je veux garder un peu de surprise. Sinon, absolument rien à voir, mais j’adore les couverture que des éditions 10/18 pour les best-sellers 🙂

  8. Je n’ai jamais lu l’auteur, mais celui-ci me tente énormément, c’est vraiment comme tu dis un livre sur les minorités par ses personnages, et ce doit être très prenant.

  9. C’est marrant de voir qu’on a tous des avis différents sur les livres de cet auteur, chacun son préféré 🙂 Mais ils sont tellement tous riches en émotion que c’est vrai qu’ils sont tous incroyablement beaux! Je te rejoins vraiment sur le personnage de Amir, sa culpabilité fait de ce personnage quelqu’un d’humain en dépit de tous ses défauts, et il devient de plus en plus touchant et attachant au fil du livre, puisqu’il cherche à se faire pardonner pour ses erreurs, à rattraper sa lâcheté.

    • Oui, voilà! C’est une relation qui évolue entre Amir et le lecteur, au début je le trouvais vraiment arrogant et exécrable, mais il porte tellement de culpabilité que j’ai fini par compatir!

  10. Ah ce roman, c’est vrai que j’en entends beaucoup de bien. Je n’ai pas lu le livre mais j’ai beaucoup aimé le film. Par contre je l’ai vu y a un moment et j’avoue que je ne me rappelle pas beaucoup de l’histoire. En tout cas je suis contente que tu ais passé un bon moment.

  11. Pour moi, ça avait été un coup de coeur. C’est vraiment un belle histoire émouvante et avec en toile de fond un beau pays déchiré par les guerres et la religion.

  12. Pingback: Mai… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

  13. Pingback: Les cerfs-volants de Kaboul – Khaled Hosseini | Nos expériences autour des livres

  14. Pingback: Top Ten Tuesday – Top ten livres lus en 2014 | La tête dans les livres

  15. Pingback: Top Ten Tuesday – Livres à offrir | La tête dans les livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s