La petite marchande de souvenirs de François Lelord

Je participe au challenge Une lettre pour un auteur de ma copinaute Cookies! La lettre de cette session était donc la lettre L 🙂

Editeur : Editions Le Livre de Poche (408 pages)

Note: 3/5

L’histoire

Julien vit à Hanoï en tant que médecin pour l’ambassade de France. Il y apprend le vietnamien, parcoure le pays et rencontre une petite marchande de souvenirs au bord du Lac de l’Épée. Une étrange relation s’installe entre les deux.

Mais le devoir l’appelle, une mystérieuse épidémie semble s’être déclarée à Hanoï, un virus inconnu qui commence à faire des ravages. Avec Cléa, une consoeur britannique, ils partent à la source du virus au nord du Vietnam. Mais rien n’est simple dans ce pays communiste marqué par la guerre et au régime autoritaire.

Mon avis

Au premier abord, j’ai trouvé le titre très poétique. Je n’avais pas lu le résumé et je ne savais pas du tout de quoi le livre allait parler. Finalement la petite marchande est littéralement une marchande de souvenirs à touristes, son nom est Lumière d’Automne. Bien que le livre porte son nom, c’est Julien le personnage principal de l’histoire. Le point de vue de Lumière d’Automne est quelque fois abordé mais un peu en retrait.

Dans ce livre, on aborde des thèmes très intéressants comme l’Histoire du Vietnam, comment sont vus les français, la pauvreté des populations à la campagne… Mais aussi toute la culture vietnamienne et communiste à travers la gestion d’une crise comme une épidémie. Il faut savoir que l’histoire se passe en 1996, ça peut sembler proche d’aujourd’hui mais on découvre un pays qui sort de la guerre. Le Vietnam semble encore très marqué par la guerre contre les Etats-Unis. J’ai vraiment trouvé très instructifs d’avoir le point de vue des vietnamiens, leur point de vue issu de la propagande. Il y a dans ce livre un aspect culturel vraiment riche que j’ai beaucoup apprécié.

Et puis de l’autre côté, on a cette épidémie. L’épidémie arrive dès le début du roman, Julien, le personnage principal qui est médecin à l’ambassade de France à Hanoi, est appelé au chevet d’une religieuse française, atteinte d’un mystérieux virus. Dès le départ, il se doute qu’il s’agit de quelque chose d’important et de grave. Lorsque d’autres personnes sont contaminées, cela se confirme. Notamment à cause de cette épidémie, j’ai eu du mal à voir où allait ce livre. Était-ce un livre sur une épidémie? Un livre sur le Vietnam après la guerre? Un livre sur la population vietnamienne à la campagne? Ou même une romance entre Julien et une mystérieuse petite marchande de souvenirs pour touristes qu’il rencontre au bord du lac? Et bien finalement le livre est un peu tout ça a la fois, mais comme on se perd dans tous ces thèmes et même d’autres encore. Il m’a été difficile de rentrer dans le roman. Je ne savais pas où l’histoire allait me mener, je ne savais pas si je devais espérer qu’il se passe quelque chose avec la petite vietnamienne, s’il allait y avoir du dramatique avec l’épidémie, si je devais juste profiter de cette multitude de détails sur le Vietnam et les expatriés…

Julien ne parle pas seul enquêter sur l’épidémie, il est accompagné de la jolie Cléa. Je dois vous avouer que le personnage de Julien ne m’a pas été très très sympathique. C’est un peu un Don Juan qui fait tourner les têtes de pas mal de filles mais il souffre de son incapacité à tomber amoureux. Il a derrière lui un bagage familiale qui explique tout cela, un père diacre qui lui a transmis une éducation catholique assez stricte. Cela se voit que le personnage de Julien a été travaillé et que sa personnalité se veut assez complexe et riche. Il n’est pas inintéressant, mais sa personnalité ne semble pas s’adapter si bien à son environnement.

Pour en revenir à l’histoire, le roman est riche en détail et c’est appréciable. Mais comme pas mal de romans qui parlent d’une épidémie, on a que des suppositions sur son origine, pas de vrai dénouement, ce n’est pas le genre d’histoire que je préfère suivre.

Vous l’aurez compris, c’est un bilan très mitigé pour moi. D’un côté j’ai apprécié tout ce qui parlait du Vietnam et j’ai trouvé ça très enrichissant. D’un autre, je n’ai pas particulièrement été touché par l’intrigue principal. Je le recommanderai donc pour ceux qui s’intéresse à ce pays et qui ont envie d’avoir le point de vue d’un français expatrié là bas car ce témoignage est vraiment intéressant.

Publicités

36 réflexions sur “La petite marchande de souvenirs de François Lelord

  1. Moi j’aime assez quand je ne sais pas comment tout va finir, les livres foisonnants où on va de découvertes en découvertes… ce qui doit être le cas avec un tel livre…

  2. Voilà le fameux livre mystère ^^. De fait, ton avis est très mitigé. C’est peut-être le fait qu’il soit abordé par un auteur français. J’ai toujours un bon souvenir des livres asiatiques, ils se laissent toujours porté mais avec un impact très puissant derrière, il manque peut-être ce petit détail finalement.

    • En fait, je pense vraiment qu’il y a trop d’éléments dans ce livre! Si l’auteur s’était focalisé sur la vie de son personnage principal et son intéraction avec les vietnamiens, j’aurais peut-être plus apprécié 🙂

  3. Un titre poétique et une photo typée asiatique, aux premiers abords ce livre a tout pour me plaire mais ton avis mitigé m’entraîne vers d’autres livres qui font débordés ma PAL. Merci pour ton avis, c’est toujours un plaisir.

  4. Pourquoi pas pour découvrir le vietnam… mais il ne fera pas parti des livres que je souhaite lire en priorité. Merci pour la découverte !

  5. Comme Lydie, moi aussi j’aime bien le titre qui est tres joli et promet beaucoup mais si tu dis que l’intrigue laisse a desirer, je crois que je vais passer mon tour pour celui ci. C’est toujours bon a savoir, merci 😉

  6. Plein de thèmes sont abordés dans le livre. Du coup on ne sait pas trop où on va. Il ne me tente pas. Dommage, le titre et la couverture ma plaisaient!

    • Personnellement, j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose pour lier le tout! Il y a de très bons aspects dans ce livre, mais je n’ai pas trop compris ce que cette épidémie venait faire là à part servir de prétexte pour aborder de nouveaux thèmes…

  7. Ah flûte alors! Moi qui adore les livres touchant à l’Asie et le résumé m’avait l’air top! Mais je le garde en mémoire néanmoins, je vais voir si je peux le trouver à la biblio! Merci pour ta participation ma jolie 🙂 Bisou

  8. Il m’aurait bien tenté pour le côté culturel dont tu parles au début de te critique mais les points négatifs que tu soulèves me gênent pas mal… C’est dommage.

  9. Lumière d’Automne, quel beau prénom ^^ Je ne sais presque rien sur l’histoire du Vietnam et j’ai un peu peur d’être perdue en lisant le livre, d’autant plus que tu parles de thèmes très très diversifiés. Vu aussi que ce n’est pas du tout mon genre de lectures habituelles, je pense que je vais m’en passer. Merci pour la découverte.

    • Oui, lorsque l’on traduit les prénoms vietnamiens, ils sont très beaux ^^
      Je pense qu’effectivement que ce livre n’est pas le bon pour vraiment découvrir le Vietnam lorsqu’on n’y connait rien du tout!

  10. Pingback: Juin… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s