Tout ce qui est solide se dissout dans l’air de Darragh McKeon

Merci à Babelio et aux Editions Belfond pour la découverte de ce roman qui m’a fait voyagé en Europe de l’Est et merci à ma binôme de lecture, Lou lit là!

couv26874781Titre original: All that is solid melts into air

Editeur : Editions Belfond (423 pages)

Note: 3,5/5

Quatrième de couverture

Dans un minuscule appartement de Moscou, un petit prodige de neuf ans joue silencieusement du piano pour ne pas déranger les voisins.

Dans une usine de banlieue, sa tante travaille à la chaîne et tente de faire oublier son passé de dissidente.

Dans un hôpital du même quartier, un chirurgien s’étourdit dans le travail pour ne pas penser à son mariage brisé.

Dans la campagne biélorusse, un jeune garçon observe les premières lueurs de l’aube, une aube rouge, magnifique, presque inquiétante de beauté.

Nous sommes le 26 avril 1986. Dans la centrale de Tchernobyl, quelque chose vient de se passer. La vie de ces quatre personnages va changer. Le monde ne sera plus jamais le même.

Mon avis

J’avoue que la plupart du temps, je ne lis pas la quatrième de couverture et lorsque je la lis, je fais tout pour l’oublier le plus vite possible. C’est ce qui s’est passé pour ce livre. J’avais lu le résumé avant d’accepter de recevoir le livre mais j’avais complètement oublié que l’histoire parlait de Tchernobyl et je me souvenais surtout que le titre m’avait intrigué. Ce livre a donc été une découverte de bout en bout.

On commence l’histoire avec Evgueni, prodige de la musique mais surtout jeune garçon mal dans sa peau. Puis on fait la connaissance de Grigori, chirurgien renommé à la routine immuable. On fait ensuite un saut à la campagne où vit Artiom. La dernière protagoniste est Maria, femme de Grigori mais qui a quitté ce dernier. Ce roman est un roman chorale. A travers leurs histoires, on suit différents quotidiens d’habitants de l’URSS et on découvre – ou re-découvre – cette réalité pas si lointaine.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé le livre vraiment intéressant. J’ai été choquée de me rendre compte que l’action se situait à une période finalement récente alors que tout ce qui est décrit m’a paru très loin. J’avais l’impression d’être dans un livre d’Histoire. 1986, ce n’est pas si loin – j’étais même presque née – mais 1986 en URSS, ça parait être il y a des siècles! Les conditions de vie décrites sont effrayantes entre le rationnement, la répression, les jeux de pouvoirs… La gestion de crise à Tchernobyl fait peur.

Pour moi, ce livre est avant tout un livre pour décrire la vie à cette époque et pour parler de la façon révoltante donc a été gérée l’accident de Tchernobyl. Lorsque l’auteur évoque les conséquences des radiations, j’ai eu l’impression de lire un roman d’horreur et pourtant, je suis sûre que c’était la réalité. Accessoirement, on suit les quelques personnages principaux. Mon gros regret du livre est que je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Que ça soit le chirurgien, Grigori, qui se rend sur les lieux de l’accident, ou encore sa femme, Maria, qui affronte les problèmes du quotidien, les personnages m’ont paru loin. Peut-être est-ce parce qu’on ne les suit jamais longtemps ou alors je n’ai pas réussi à m’identifier à eux, mais ce ne sont pas eux qui m’auront marqués dans l’histoire même si cela s’améliore un peu dans les derniers chapitres.

C’est donc un roman que je vous recommande surtout pour le cadre historique qui est fort et intéressant. Si cette période vous intéresse ou que tout simplement vous voulez en savoir plus sur le quotidien en URSS il y a 30 ans, vous ne serez pas déçus.

Vous pouvez retrouver l’avis de Lou lit là ici.

Publicités

39 réflexions sur “Tout ce qui est solide se dissout dans l’air de Darragh McKeon

  1. C’est aussi le titre qui m’a donné envie de lire ta chronique ; je le note, ce n’est pas forcément mon genre de lecture habituel mais pourquoi pas l’emprunter (^-^) merci pour cette découverte

  2. Le livre doit être intéressant, mais entre Tchernobyl et la Russie… Pas du tout ma tasse de thé. Surtout qu’à l’époque avec mes parents ont été dans la zone française « la plus touchée », donc même si j’étais petite, c’est pas un bon souvenir… Mais je pense que ça doit être très poignant à lire.

  3. Quel sujet fort! Moi qui aime beaucoup les romans historiques, je dois dire que celui-ci me donne envie. Surtout que l’on entend tellement rarement parler de ce qu’il s’est vraiment passé ce jour-là…

  4. Il me tentait bien mais je ne pense pas passer le cap de le lire. Il faut savoir être raisonnable ^^ je ne pense que j’aurais un coup de cœur de toute façon, même si côté Histoire cela peut être intéressant 🙂

  5. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? [124] | La tête dans les livres

  6. Je suis passionnée par la Russie et son histoire, alors le thème me parle. J’en avais entendu parler avec la rentrée littéraire et j’ai très envie de le lire.

  7. Pingback: Septembre… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s