Les orphelins du bout du monde d’Harmony Verna

Voici une nouvelle lecture avec le Cercle de lecteurs Belfond et je dois admettre que pour le moment, ce ne sont que des belles lectures! Ici, nous nous retrouvons dans un roman historique sur fond d’Australie et des Etats-Unis, j’ai adoré!

Titre original: Daughter of Australia

Editeur : Editions Belfond (576 pages)

Notes: 4,25/5

L’histoire

Une petite fille est abandonnée dans le désert australien. Elle sera retrouvée à temps, mais elle en sort profondément traumatisée et ne veut plus parler. Elle prend le prénom de Leonara, comme la ville la plus proche de là où elle a été abandonnée. La petite fille est ensuite confiée à un orphelinat où elle fait la connaissance de James. Une belle amitié nait entre les deux enfants. Mais la vie finit par les séparer et Leonara part vivre aux Etats-Unis.

Des années plus tard, Leonara a bien grandi et revient en Australie. Elle n’a pas oublié James mais espère surtout retrouver ses racines. Trouvera-t-elle sa place maintenant qu’elle est revenue?

Mon avis

Quelle jolie surprise! J’ai littéralement dévoré ce roman. C’est une jolie romance qui se passe au début du XXe siècle qui m’a transporté aussi bien en Australie qu’aux Etats-Unis.

J’ai tout d’abord aimé les protagonistes, James et Leonara. Si ce sont finalement des personnages assez secrets, on s’attache à eux et on ne peut que souhaiter que tout finisse bien pour eux car l’auteure n’est pas tendre avec eux ou même avec les autres personnages. Ils sont tous plus ou moins blessés par la vie et on apprend leurs secrets au fil des pages.

J’ai aimé suivre Leonara et James sur plusieurs années, on fait leur connaissance enfants et on les suit jusqu’à l’âge adulte.

Même si on la voit venir de loin, il y a une belle romance dans ce livre. Certes, l’histoire est prévisible et on se doute bien comment tout va finir, mais je pense que c’est le genre d’histoire que l’on lit pour avoir ce type de trame. Ça n’empêche pas le livre d’être plein d’émotions et de rebondissements. Ce livre m’a fait penser au roman Le pays du nuage blanc de Sarah Lark et à un couple en particulier dans ce roman. On y retrouve le thème de patron occidental et d’exploitation des terres locales.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance du roman et le cadre qui se situe principalement en Australie. On en apprend beaucoup sur la vie de ce pays au début du siècle et notamment sur la vie dans les mines. J’ai été assez horrifiée par les conditions de travail et l’un des personnages m’a particulièrement touché.

C’est une lecture que j’ai fait rapidement car les chapitres sont courts et les pages se sont enchaînées facilement. J’ai aimé l’écriture de l’auteure et j’ai refermé ce roman vraiment satisfaite.

Pour conclure, c’est donc un joli roman historique avec une belle histoire d’amour mais aussi un contexte historique riche qui vous transportera à l’autre bout du monde. Je le recommande aux amateurs de romans historiques! Pour ma part, je ne connaissais pas du tout cette auteure, mais ça a été une belle découverte.

Je l’ai lu en lecture commune avec Le Chat du Cheshire et vous pouvez retrouver sa chronique ici.

Publicités

19 réflexions sur “Les orphelins du bout du monde d’Harmony Verna

  1. Pingback: Juin… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

  2. Pingback: Le train des orphelins de Christina Baker Kline | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s