Le journal intime de Cléopâtre Wellington, tome 2: Autant en emporte la musaraigne de Maureen Wingrove

Un énorme merci aux Editions Michel Lafon qui m’ont permis de découvrir la suite de ce roman qui m’a fait passer un très bon moment!

Editeur : Editions Michel Lafon (220 pages)

Note: 3,75/5

Quatrième de couverture

Alors que l’esprit de Noël prend doucement possession de Cléopâtre, les catastrophes s’enchaînent. Entre son premier chagrin d’amour, la trahison de sa mère et son tout nouvel appareil dentaire, la vie de Cléo n’est plus que douleur et injustice intersidérales. Une seule solution : concentrer son énergie sur l’arrivée de sa grande et déjantée famille pour célébrer les fêtes à coups de cristaux magiques et de couscous géant. En attendant, elle peut interroger l’univers sur son avenir grâce aux cartes.

Mais les astres sauront-ils la préparer au coup de Trafalgar que lui réserve la fin de l’année ?

Mon avis

J’avais passé un très bon moment avec le premier tome et cette suite a aussi été une réussite dans le genre journal intime d’adolescente. J’ai adoré retrouver Cléopâtre et ses amies. Il faut le dire, Cléopâtre a une sacrée personnalité bien affirmée et plutôt loufoque.

Je trouve que ce n’est pas forcément l’adolescente que l’on rencontre tous les jours mais c’est l’adolescente que l’on a envie de rencontrer: avec un super cercle d’amis, assumant ses délires personnels et avec beaucoup d’imagination. Elle a pourtant aussi des problèmes d’adolescente comme des peines de coeurs, des disputes avec sa mère, des parents divorcés… Comme pour le premier tome, je me suis demandée ce qui était autobiographique.

Au niveau de l’histoire, on avance doucement dans l’année scolaire et les intrigues, j’ai d’ailleurs été très frustrée de devoir abandonner là les personnages au bout de deux mois seulement. Je le sens bien que je ne suis plus la cible de cette lecture et c’est sûrement pour ça que j’ai trouvé que le tout passait trop vite. J’ai pourtant passé un excellent moment, attendrie et amusée par le personnage principal. Mais il faut le dire, je ne me suis pas du tout identifiée à Cléopâtre et à part quelques références, je n’ai pas non plus retrouvé mon adolescence. Je pense qu’avec mon regard d’adulte, c’est une adolescente que j’admire mais qui ne me ressemble absolument pas et que je n’aurais pas non plus voulu être. Ça n’a tout de même pas gâché mon plaisir.

Le gros bémol est que ça se lit beaucoup trop vite à mon goût et on ne passe finalement que les mois de novembre et décembre avec les personnages dans ce tome. A peine le temps de se replonger dans l’histoire! Je me dis que ceci est peut-être dû au fait que le public visé est jeune donc le livre doit rester court.

La plume de l’auteure reste agréable et dynamique. On ne s’ennuie pas.

C’est donc un journal intime que je recommande surtout pour les plus jeunes, pour pouvoir lire un journal intime libéré d’une fille qui assume son brin de folie et ça fait du bien.

Vous pouvez retrouver mon avis sur le premier tome ici.

Publicités

6 réflexions sur “Le journal intime de Cléopâtre Wellington, tome 2: Autant en emporte la musaraigne de Maureen Wingrove

  1. Pingback: Octobre… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s