Les fidélités successives de Nicolas d’Estienne d’Orves

Voici un livre assez fort sur la seconde guerre mondiale d’un point de vue plutôt original, celui d’un collabo, mais aussi celui d’un résistant. Qui était donc Guillaume Berkeley, personnage principal de ce livre?

Éditeur : Editions Le Livre de Poche (768 pages)

Note: 3,5/5

L’histoire

Guillaume vit sur l’île de Malderney avec toute sa famille. Jusqu’à ses 18 ans, il n’a jamais quitté l’île, jamais rien connu d’autres  de l’extérieur à part ce que lui raconte Simon Bloch chaque été. Simon est un homme pas comme les autres, ils côtoient les plus grands artistes de Paris et il flaire chez Guillaume une fibre artistique qui pourrait l’emmener loin. C’est sans compter sur la guerre qui approche à grand pas. Quel va être la place de Guillaume Berkeley dans le Paris occupé par les Nazis?

Mon avis

Quel livre! Il a fait naître en moi beaucoup de sentiments contradictoires! J’ai adoré les personnages ensuite je les ai détestés, le livre m’a passionné par moment mais je lui ai aussi trouvé des longueurs! Il faut dire qu’il pèse son poids et qu’il y a de quoi faire avec toutes ces pages!

C’est un livre sur Guillaume Berkeley. Mais qui est Guillaume Berkeley? Un collabo? Un résistant? Ou tout simplement un homme qui s’est perdu dans l’Histoire et a eu du mal à trouver sa place? L’histoire commence sur l’île de Malderney, une île que je ne connaissais pas mais qui a un statut particulier avec un seigneur qui reporte à la royauté anglaise. Néanmoins on y parle anglais tout en étant sujet britanniques et à quelques kilomètres des côtes françaises. Guillaume et son frère sont tous les deux soudés tout en ayant cette rivalité fraternelle qui est bien normale mais qui va finir par les séparer à jamais. L’élément déclencheur, c’est Pauline. Quoi de mieux qu’une fille pour semer la discorde? Je n’ai pas du tout aimé le personnage de Pauline. Manipulatrice au possible, elle m’a été très antipathique et les rôles qu’elle a eu à jouer n’étaient pas du tout plaisant. Elle est capricieuse, chercher à obtenir ce qu’elle veut par tous les moyens, croit avoir une moralité sans reproches tout en n’ayant pas conscience de ses actes. Que dire du personnage de Victor, le frère de Guillaume? Je ne l’ai pas non plus trop apprécié mais au final, je ne l’ai surtout pas compris. Quelles étaient ses motivations? Quel genre de frère ou même d’homme est-il? Les personnages secondaires du livre ont des caractères bien définis et des rôles bien précis, ce que j’ai plutôt apprécié.

Enfin il y a Guillaume… Ce jeune insouciant qui débarque à Paris au plus mauvais moment! Et il ne se rend compte de rien. Emmené par Simon Bloch, un juif qui le prend sous sa protection, il découvre Paris et surtout il côtoie toute la société artistique du Paris de l’époque. De Cocteau à Picasso, en passant par Louis-Ferdinand Céline, il finit par connaître tout le monde! Lorsque Paris se retrouve occupé, il pratique la politique de l’autruche. Qu’aurions-nous fait à sa place? Il ne se retrouve pas en position facile, pendant longtemps, il n’a même pas l’impression de collaborer. Le personnage de Guillaume est ambigü, une partie du récit est écrit par lui-même mais se comprend-il? Lâche ou courageux? Car de nombreux événements arrivent pendant la courte vie de Guillaume et en très peu de temps. Guillaume finit par suivre d’autres mouvements. Mais il se laisse beaucoup porter par les événements, et il ne choisit pas.

D’un point de vue historique, j’ai trouvé ça très intéressant. On découvre Paris occupé, sa vie nocturne et tout ce qui s’y déroule de façon illégale. On a un petit aperçu de la résistance mais on a surtout un bon aperçu de ce qui s’appelle le « double jeu ». Ce jeu joué par des collabo-résistants. Il n’y a vraiment aucune pitié et pas de place pour les faibles. Toute cette sournoiserie fait froid dans le dos.

Vous l’aurez compris, c’est donc un livre très riche que je vous recommande si vous aimez ce genre de livre historique doublé d’une histoire personnelle intéressante! Les personnages sont complexes, ni noirs, ni blancs… Et même si j’ai relevé quelques longueurs, j’ai passé un très bon moment.

Publicités

37 réflexions sur “Les fidélités successives de Nicolas d’Estienne d’Orves

  1. Plutôt intéressant comme point de vue pour parler de la guerre. Je n’aime pas trop ce genre de récit, mais j’avoue que la lecture a dû être très intéressante, vu ta critique. Cette période devait être très difficile surtout pour un jeune débarquant de sa petite île…

    • Oui, c’est un point de vue vraiment original, le personnage principal semble vraiment déconnecté de la réalité tout en participant activement à tout ce qu’il se passe… C’était vraiment intéressant! 🙂

  2. La période de la seconde guerre mondiale n’est pas ma préférée et comme je n’avais pas aimé Les derniers jours de Paris du même auteur je passe mon tour

  3. j’aime beaucoup lire des livres sur cette période l’histoire, après cette critique, je ne sais pas si tenté de lire ce livre ou pas. tu m’as l’air un peu perplexe ^.^

    • Haha perplexe, c’est le mot! J’ai eu du mal à cerner le personnage principal et à vraiment m’attacher à lui ce qui est toujours problématique pour que j’apprécie pleinement le livre 🙂

  4. Ca a l’air tres interessant! Et tu ne l’as meme pas fait entrer dans el challenge des barvardages de sophie!

    • Je pense que si l’on aime ce genre de livres, ça peut être un bon roman à découvrir! C’est d’ailleurs ce livre là qui a remporté le plus de votes pour la sélection du prix des lecteurs du mois de mai 🙂

  5. J’aime bien ce genre de livre j’avoue. Malgré quelques points tu as l’air d’avoir apprécié et c’est vrai que du coup j’ai pleins de questions par rapport au personnage principal.

    • Ce personnage principal est resté bien mystérieux à mes yeux! Mais en même temps il m’a permis de me poser des questions et je me dis qu’on ne peut pas savoir ce que l’on aurait fait à sa place sans se retrouver vraiment dans les mêmes conditions…

  6. Le point de vue est original et peut être très intéressant. Les nuits parisiennes dans l’histoire est également un sujet qui m’intéresse alors Je le note pour plus tard.

  7. Cette période est particulièrement intéressante à suivre, d’autant plus qu’après avoir lu la part de l’autre, cela peut-être intéressant de se replonger dans ce type de roman. Je prends note ^^

  8. J’aime le côté ambiguë des personnages, comme tu le dis, quels auraient été notre place ? Les comportements ne sont pas jugés et c’est le plus pur constat qui domine…

  9. J’adore cette période mais je ne sais pas trop… J’ai peur de ne pas trop accrocher, ça a l’air assez dense tout de même. On verra bien si j’aurais l’occasion de le découvrir.

    • Ah oui, je confirme que c’est super dense! Après, ce livre a remporté la majorité des votes pour la sélection du mois de mai du prix des lecteurs du Livre de poche, donc peut-être que tu seras beaucoup plus enthousiaste que moi si tu le lis 🙂

  10. Je ne sais pas si je le lirai, mais en tout cas, je trouve que ta présentation donne envie de le découvrir. Je trouve que ça aborde cette période de façon différente par rapport à d’habitude. En tout cas, merci pour cette chronique. ^_^

  11. Je ne connaissais pas du tout ce roman et je pense qu’il pourrait me plaire mais il n’est tout de même pas dans mes livres à lire en priorité ^^

  12. Je viens de terminer. J’ai trouvé le propos extrêmement complaisant, mal écrit voire mièvre…l’analyse psychologique absolument sans intérêt et ce besoin de convoquer sans cesse des personnalités de la collaboration très lourd. Dommage car le fond historique est passionnant.

    • Je n’ai pas trouvé cela particulièrement mal écrit. Pour moi, le problème a plutôt été que je ne me suis pas attachée aux personnages. Mais je suis d’accord que le fond historique est vraiment très intéressant!

  13. C’est vraiment très convenu comme écriture. Et presque ridicule de facilité parfois dans les images utilisées : la relation fraternelle romantique dans les iles anglo-normandes est assez consternante. En effet impossible de s’attacher aux personnages peu fouillés. En revanche, cela donne envie de se pencher davantage sur la collaboration et l’épuration, finalement peu explorées ( à part par Marie Chaix « Les lauriers du lac de Constance »). Bonne journée.

  14. Pingback: Top Ten Tuesday – Évènements historiques découverts grâce à la lecture | La tête dans les livres

  15. Pingback: Si on parlait de… romans historiques | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s