Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

Voici un classique de la littérature américaine qui me faisait de l’œil depuis un moment! J’ai été ravie de pouvoir le sortir de ma PAL pour une lecture commune!

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueurTitre original: To kill a mockingbird

Editeur : Editions Grand Central Publishing (376 pages)

Note: 4/5

L’histoire

Dans les années 30, Scout vit avec son frère, Jem, et son père, Atticus, dans une petite ville d’Alabama. Alors qu’elle n’est qu’une enfant et qu’elle reste collée à son grand-frère Jem, elle apprend la vie: la pauvreté, l’isolement, la condition des noirs.

A travers ses yeux, l’auteur nous brosse un portrait de la société de l’époque.

Mon avis

En m’embarquant dans cette lecture, je ne savais pas grand chose du livre. Je savais qu’il était considéré comme un classique de la littérature américaine mais ça s’arrêtait là, je n’avais aucune idée de l’histoire. C’est aussi pourquoi j’ai choisi de ne pas trop en dire dans le résumé du roman – mais peut-être que vous savez déjà de quoi ça parle – car ce qui est dit dans la quatrième de couverture du livre n’arrive finalement qu’à la moitié du roman et j’ai personnellement apprécié de me mettre en condition sans savoir vers où le livre allait.

On suit donc Scout, ou plutôt Jean Louise Finch, une petite fille plutôt adorable dont j’ai apprécié le point de vue naïf sur sa vie et ce qui l’entoure. Scout est un garçon manqué donc j’avoue avoir j’ai mis quelques pages à me rendre compte que c’était une fille! Les premières pages ne sont pas faciles à appréhender, le style en anglais est particulier mais finalement mon intérêt est allé en grandissant au fil des pages.

Le point de vue de Scout n’est en somme qu’un prétexte pour nous parler du contexte de l’époque. Une époque où la ségrégation est encore de mise. Nous sommes en Alabama du sud dans les années 30. Scout a la chance d’être élevée par un père ouvert d’esprit et plutôt atypique et elle s’interroge sincèrement sur ce qui l’entoure. Même si je le savais déjà, j’ai vraiment pris conscience que les enfants ne faisaient que répéter les idées de leurs parents. Même Scout répète des termes dont elle n’a aucune idée de ce qu’ils veulent dire. Ce livre nous donne une belle leçon de vie sur le racisme et on ne peut s’empêcher de s’indigner.

Les personnages sont donc excellents, j’ai vraiment apprécié le trio formé par la famille Finch: Scout, Jem – le grand frère de Scout – et Atticus. Le père est un personnage que j’ai énormément apprécié et admiré pour son intégrité et sa volonté de transmettre aux enfants ce qui est bien. Sa droiture est à toute épreuve. Le frère de Scout, Jem, est finalement un garçon très sensible. Plus âgé de quatre ans, il essaye de devenir un homme mais se prend une vraie claque quant à la réalité de la vie.

Ce livre ne devrait pas vous laisser indifférent. C’est un livre dur à sa manière, atténué par le regard innocent de la petite Scout mais qui n’enlève rien à la force des propos. J’ai refermé le livre un brin nostalgique de devoir quitter ces personnages mais satisfaite de voir que le boucle était bouclée mais pour comprendre, il vous faudra lire le livre!

Je le recommande chaudement à tout le monde car ce livre marque les esprits et lorsqu’on y pense, les années 30 ce n’est pas si loin et il ne faut pas oublier.

NB: j’ai trouvé bizarre que le titre anglais et le titre français veulent dire l’opposé l’un de l’autre!

Je pense que ce livre n’aura laissé aucune d’entre nous indifférente et vous pouvez retrouver les autres avis ici: Mes étagères en franglais, Lydie, Bianca, Chroniques littéraires, Cannibal Lecteur.

Publicités

81 réflexions sur “Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

  1. Bravo à toi pour l’avoir lu en anglais ! J’ai beaucoup aimé aussi un livre dur mais adouci par la naïveté de scout. Le trio finch est très attachant c’est vrai

  2. Pingback: Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur : Harper Lee | The Cannibal Lecteur

  3. Il est dans ma PAL 😉 Après je ne sais pas trop quand je le lirais mais il me tente vraiment beaucoup. Ta chronique me donne encore plus envie. Pour le titre, c’est vrai que c’est assez étrange… L’éditeur a peut-être voulu un titre moins « violent »…

  4. Pingback: Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee | des livres, des livres !

  5. Pingback: Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee | Nos expériences autour des livres

  6. Je n’avais pas fait attention à la négation absente du titre de la version originale. C’est en effet bizarre. Visiblement en français, ce roman a eu plusieurs titres avant celui qu’on lui connait aujourd’hui.

    Une très belle lecture et des personnages remarquables, des livres comme celui-ci j’en redemande 🙂

  7. Le fait que cela soit raconté par un enfant le rend plus « agréable » à lire parce qu’on voit tout ça aux travers des yeux d’un gosse. Le côté léger avec le côté complexe.

  8. J’ai adoré ce livre, j’ai vu qu’Harper Lee avait récemment publié un nouveau livre (qui fait suite apparemment) après des années d’absence. J’ai hâte de le découvrir 🙂

  9. J’avais déjà très envie de lire ce livre, sans passer le pas et l’acheter. Maintenant que je lis ta chronique, j’ai très envie de le lire! Mais personnellement, je le testerais en français. 😉 Trop de livres en anglais dans ma PAL!

  10. Je l’ai commencé cet été, et je l’ai mis en pause parce que si comme toi j’aime bien quelques fois avancer sans savoir où je vais, là ça ne m’a pas convenu. Je ne comprend pas pourquoi la partie avec Scout est aussi grande, mais je le comprendrais sûrement quand je le reprendrais, ce que je ferais dans peu de temps.

  11. Pingback: To kill a mockingbird by Harper Lee | Mes étagères en franglais

  12. Toi aussi tu en a ecrit une belle chronique! tu as tout a fait decrit ce que j’en ai pense. C’etait une belle lecture. A recommencer avec une autre!

  13. J’entends parler de ce livre depuis tellement longtemps, et son titre si particulier m’est toujours resté en tête. Du coup, ta remarque sur les significations opposées sur titre anglais et du titre français m’a beaucoup intriguée !

  14. Pingback: Septembre… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

  15. Ce roman fait incontestablement parti de mon top ten ❤
    Il reste gravé et je sais que je le relirai un jour… Un chef-d'œuvre de la littérature américaine que je ne peux m'empêcher de conseiller autour de moi pour le message qu'il véhicule ^^
    Ta chronique a immédiatement ravivé la flamme tu vois, merci 😉

  16. Pingback: To Kill a Mockingbird | Harper Lee | L'antre d'une curieuse grignoteuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s