Mon père était boxeur de Barbara Pellerin, Vincent Bailly et Kris

Je remercie les éditions Futuropolis grâce à qui j’ai pu découvrir cette bande-dessinée vraiment touchante! Une bonne surprise.

Mon père était boxeurEditeur : Editions Futuropolis (80 pages)

Note: 3,75/5

L’histoire

Le père de Barbara était boxeur. C’est à peu près tout ce qu’elle sait de son père. Maintenant adulte, elle décide d’entreprendre un reportage sur la boxe et par la même occasion de se rapprocher de ce père de qui elle s’est éloignée au fil des années.

Cette bande-dessinée est l’histoire vraie d’un père et sa fille.

Mon avis

Contrairement à ce que l’on pourrait croire et de ce que laisse présager le titre, cette bande-dessinée ne traite pas vraiment de boxe. J’avoue que je n’étais pas si emballée que ça par le titre et la couverture mais une copinaute m’y a encouragé et une chronique chez Livresse des mots a fait le reste du chemin pour me convaincre.

C’est donc un peu plus confiante que j’ai commencé cette bande-dessinée. Ce n’était pourtant pas gagné car dès les premières pages je n’ai pas été conquise par les dessins. C’est un style un peu « brouillon », beaucoup de traits griffonnés dans les dessins et une colorisation aux tons trop doux et peu percutants avec des traits de visage peu marqués. Mais je me suis accrochée et j’ai vraiment bien fait car l’histoire m’a touchée.

Donc si ce n’est pas une histoire de boxe, qu’est-ce que c’est? C’est l’histoire d’un père et sa fille. Une histoire touchante, marquante et pourtant, je suis persuadée que c’est une histoire qui arrive trop souvent. L’histoire d’un père et sa fille qui se sont éloignés et qui ne se retrouvent que trop tard. Grâce à des mots simples, Barbara Pellerin va droit au cœur du sujet, on ne tourne pas autour du pot et on prend plaisir à la voir évoquer ses souvenirs d’enfance, on s’indigne, on compatit, on ressent de la peine. Je me suis facilement identifiée à elle et j’ai eu beaucoup d’empathie pour ces sentiments qu’elle ressent mais ne sait exprimer vis-à-vis de son père.

Si le style des dessins ne m’a pas enchanté au départ, je m’y suis habituée petit à petit et j’ai fini par trouver qu’il illustrait très bien cette histoire assez mélancolique et pleine de nostalgie. C’est une histoire où l’on sent les regrets de l’auteure car oui, elle raconte sa propre histoire. Donc contrairement au titre, il n’est pas vraiment question de boxe donc si c’est ce que vous cherchez, passez votre chemin.

Je conseille donc cette bande-dessinée aux amateurs d’histoires de vie, à ceux qui voudrait lire une histoire percutante, presque banale mais qui n’en perd pas pour autant son charme et son côté authentique. Le récit est emprunt d’une certaine pudeur même si parfois je me suis sentie de trop et on tourne la dernière page de cette bande-dessinée avec mélancolie tout en se disant que c’est maintenant qu’il faut profiter des gens qui nous entourent.

NB: la bande dessinée est normalement accompagnée d’un dvd que je n’ai pas pu visionner mais ça serait apparemment le reportage que Barbara Pellerin a fait sur la boxe. A la fin de la BD, il y a des photos de Barbara et de son père, nous permettant de mettre des visages sur ces personnages qui ne sont pas fictifs.

Publicités

32 réflexions sur “Mon père était boxeur de Barbara Pellerin, Vincent Bailly et Kris

  1. Oh tu l’as lue ! Contrairement à toi, j’ai aimé les dessins dès la première page ! Par contre pour l’identification… vraiment pas possible en ce qui me concerne ! Mon père et moi sommes très proches, et mon père est l’exact opposé du père de Barbara. Néanmoins, j’ai été touchée par leur histoire, et leur rencontre qui a eu lieu trop tard…

  2. Je dois avouer que quand le graphisme ne me plait pas trop, j’ai du mal à entrer dans l’histoire (pour moi c’est aussi important que les textes et l’histoire), mais le sujet a l’air tellement touchant (j’aime beaucoup les textes père/fille).

  3. La bande-dessiné ça ne m’attire pas. J’aime beaucoup les dessins, ect et je sais que ça prend beaucoup de temps. Mais je trouve que c’est cher pour le temps que je met à en lire une, surtout qu’après je ne les ressort jamais. Surtout que si le graphisme ne me plaît pas c’est encore pire… Mais je comprends tout à fait que certaines personnes ne jure que par la bd, on peut trouver des perles ! 😀

  4. Vu la couverture, ce n’est pas mon genre de dessins mais je dois avouer que l’histoire à l’air touchante ! Je note 🙂 Merci pour la découverte, je ne connaissais pas du tout !

  5. Je suis contente que tu l’ais lu et que tu l’ais apprécié! Comme quoi il faut me faire confiance! Je n’ai plus qu’à me l’a procurer pour la découvrir. 🙂 Bisous. 🙂

  6. J’aurais bien aimé voir ce que tu dis par rapport aux illustrations à l’intérieur. Dans une BDs, si les illustrations ne me plaisent pas, j’ai peu de chance de m’y plonger!

  7. J’avoue qu’au premier coup d’œil, cette histoire ne semble pas attirante. Sans doute les couleurs des dessins qui ne captent pas forcément le regard. Mais après avoir lu ta chronique, je suis bien curieuse de voir si cette histoire est aussi capable de me captiver et de me toucher !

  8. Pingback: Juillet… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s