D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

Voici un roman qui m’a fait découvrir la plume de Delphine de Vigan. J’ai été ravie d’enfin pouvoir lire sa prose mais je suis ressortie assez mitigée.

d'apres une histoire vraieEditeur : Editions JC Lattès (477 pages)

Note: 2,75/5

L’histoire

A la suite de la sortie de son dernier roman dans lequel elle raconte des choses très personnelles, Delphine en ressort lessivée mais prête à passer à autre chose. C’est alors qu’elle rencontre L. Une femme qui l’attire tout de suite par son assurance et sa disponibilité.

Mais que veut vraiment L.? Et si elle était finalement l’élément déclencheur de la panne d’écriture de l’auteure?

Mon avis

Avec ce livre, je découvre la plume de Delphine de Vigan. Je ne m’attendais pas du tout à une histoire aussi personnelle. Ce livre est écrit à la première personne et raconte l’histoire de l’auteure pendant la période qui a suivi la publication de son dernier roman. Elle y relate notamment l’amitié toxique qui va naître avec une certaine L. Dès le départ, elle annonce que cette amitié va mal tourner.

J’ai du mal avec ce genre d’histoire trop réaliste qui nous donne l’impression de vraiment rentrer dans l’intimité de quelqu’un. Et pourtant, tout le long du livre j’ai essayé de me rappeler le titre du roman, à savoir que tout n’était sûrement pas vrai dans le livre. Je n’ai pas pu m’empêcher d’essayer de démêler le vrai du faux tout en ne sachant pas où placer la barre et je pense que l’auteure s’est bien amusée à brouiller les pistes et nous mettre le doute. Petit à petit, le roman prend des allures de thriller, cela donne une fin plutôt surprenante qui ne nous permet pas de nous ôter de nos doutes et d’avoir des réponses claires.

À travers ce roman, j’ai eu l’impression que l’auteure cherchait à justifier ses actions et en particulier son dernier roman qui était apparemment autobiographique. Beaucoup de réflexions sont faites sur l’écriture, sur ce qu’elle devrait écrire maintenant qu’elle a écrit une oeuvre si personnelle et finalement, l’auteure nous parle surtout du livre que nous sommes en train de lire. N’ayant pas lu ses précédents romans, je n’ai pas saisi toutes les allusions, mais de là en découlent ses réflexions sur le vrai et la fiction. Les lecteurs veulent-ils du vrai ou de la fiction? Sa réponse est donc un parfait mélange de réalité et de fiction dans lequel on ne saurait départager le vrai de l’imaginaire. C’est pour ça qu’i y a également un côté frustrant car n’ayant que le point de vue de l’auteure, on ne sait pas ce que veut vraiment L. et nous n’avons que les spéculations de l’auteure et nos propres hypothèses.

Au-delà de l’histoire, j’ai trouvé la plume de l’auteure très jolie et agréable à lire. Mais je n’ai malheureusement pas été passionnée par le contenu, j’ai même dû me motiver pour reprendre le livre et avancer dans ma lecture.

Je pense que ce livre pourra néanmoins plaire à beaucoup pour sa plume agréable et ce parti pris d’en faire une œuvre entre fiction et réalité. Pour moi, ça n’aura pas fonctionner même si j’ai apprécié la fin mais je ne vous en dis pas plus à ce sujet pour vous laisser la surprise si jamais vous le lisez.

 

Publicités

62 réflexions sur “D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

  1. Je n’ai jamais lu Delphine de Vigan mais ce livre ne m’attire pas du tout et ton billet me renforce dans ma décision de ne pas le lire. J’ai en revanche Les heures souterraines dans ma pal, je pense donc que je la decouvrirai avec ce titre !

  2. Je te déconseille alors Rien ne s’oppose à la nuit, j’ai bien peur que tu ne retrouves le même procédé dans l’écriture ! Je pense lire celui-ci un jour, mais je ne suis pas pressée !

  3. Moi j’ai lu Rien ne s’oppose à la nuit qui ici aussi a un fond de vérité car elle raconte l’histoire de sa mère, bipolaire. J’avais trouvé ce livre sublime et très difficile, d’autant qu’on s’est qu’il est en parti autobiographique. Delphine de Vigan peut vraiment faire des choses très dérangeant mais en même temps très beau! Fait ressortir de la beauté dans l’horreur. C’est vraiment son talent particulier et sa plume y joue beaucoup.

  4. Moi non plus, je n’apprécie pas forcément les romans qui se rapprochent trop de la réalité ou on rentre (comme tu dis) dans l’intimité de quelqu’un … Je ne sais donc pas si je lierais ce roman, même si le sujet et le résumé semble intéressant

  5. Delphine de Vigan fait partie de mes auteurs préférés donc je suis toujours un peu triste quand d’autres ne sont pas convaincus par ses livres…
    Comme tu dis, celui-ci est très personnel (certains autres le sont aussi), mais je pense qu’il est vraiment mieux d’avoir lu « Rien ne s’oppose à la nuit » d’abord pour comprendre la portée de celui-ci, tant il a eu un succès monstre – et c’est un roman très dur.
    Si tu apprécies plutôt la fiction pure et dure (mais que tu aimes quand même son écriture) je ne peux que te conseiller Les heures souterraines !

  6. Tiens moi aussi j’ai découvert la plume de l’autrice avec ce livre-ci (en audio). J’essayais également de garder en tête le titre quand j’avançais dans l’intrigue. Dans l’absolu, cela ne m’a vraiment pas dérangée qu’elle faisait appel à son précédent roman autobiographique. J’ai bien senti la tension monter au cours de ma lecture.

  7. Je suis d’accord avec ton ressenti. J’ai d’ailleurs été surprise que ce livre soit primé. Une chose est sûre, ce roman fait couler de l’encre sur la toile et ce, que les avis soient positifs ou négatifs. De cette auteure, je préfère largement « No et moi » que j’avais lu ado. Mais c’est vraiment un tout autre registre.

  8. Je ne sais pas trop… Il a l’air intéressant mais il ne m’attire pas plus que ça 🙂 C’est une auteure que j’apprécie, j’ai déjà lu quelques livres de Delphine de Vigan, mais là, l’emballement n’y est pas. Autant que je prenne du temps pour découvrir d’autres livres 🙂

  9. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? [182] | La tête dans les livres

  10. Tiens c’est vrai… ce roman est presque une étude et une justification, je ne l’avais pas vraiment vu ainsi.
    J’ai aimé sa plume, et j’aurai surement préféré un peu plus de certitudes – notamment avec L. – mais j’ai aimé le roman pour son écriture…plus que pour le fond *oups*

  11. hum… ce livre avait fait tellement parlé de lui à sa sortie, que j’étais curieuse de le découvrir moi aussi. Mais je dois dire que ton avis me refroidit un peu. J’ai moi aussi de la peine avec les romans trop personnels et intimes, cela me mets mal à l’aise…

  12. Pas fan des livres exutoires, probablement une question de pudeur… J’ai passé mon tour. Mais j’ai lu quelques extraits et il faut reconnaître à l’auteure sa jolie plume. Peut-être au prochain livre ? Bises 🙂

  13. Pingback: Novembre… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

  14. Bonjour !
    Je découvre votre site aujourd’hui et il est passionnant…

    Votre billet sur « D’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan m’a particulièrement parlé, dans le sens où j’ai eu une impression mitigée sur ce récit pendant et après la lecture.

    Ce qui m’a gênée le plus, c’est l’effritement des frontières entre fiction romancée et ouvrage autobiographique. Cela m’a mise mal à l’aise dans ma lecture.

    Dans le cas de la description d’une amitié aussi sombre,intense, toxique et violente, je n’ai pas trouvé ça très adapté ou judicieux de mélanger les styles : pour moi, cela décrédibilisait d’abord le texte dans toutes ses ramifications thématiques et psychologiques, et ensuite, le travail d’écriture de cette auteure…

    Travail que je trouve phénoménal et époustouflant par ailleurs, ayant vraiment été absorbée par  » No et moi  » et « Rien ne s’oppose à la nuit », et restant très impressionnée par le talent de Delphine de Vigan quant au maniement des mots, des idées, des images et des sonorités…

    En bref, j’ai été déboussolée par ce livre qui m’a paru plus commercial et voguant sur le scandale (bien réel et très justifié par ailleurs) des amitiés toxiques que les autres livres de Delphine de Vigan, très forts, subtils et justes…

    Mais cela reste une très belle écriture, à mes yeux…

    Bonne continuation à vous,

    Belles lectures à tous et toutes…

    • Je comprends tout à fait votre malaise car j’ai ressenti la même chose, l’impression de voyeurisme tout en brouillant les frontières du réel et de la fiction. Je reconnais que l’auteure a beaucoup de talent mais je pense qu’il faudrait vraiment que je me penche sur ses autres romans!

  15. Pingback: Mars… Quel est le bilan? | La tête dans les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s